Slideshow

Le Père Recteur Charbel Batour S.J. invité du programme « The Morning Show » sur Télé Lumière

Le Père Recteur Charbel Batour S.J. invité du programme « The Morning Show » sur Télé Lumière, le lundi 5 février 2018. Des questions sur l’actualité scolaire et éducative sont abordées ainsi que les difficultés en lien avec l’application de la loi 46/2017.

الأب الرئيس شربل باتور اليسوعيّ ضيف محطة تيلي لوميار مباشرةً على الهواء يوم الإثنين الواقع في 5 شباط 2018 ضمن برنامج "ذا مورنيغ شو". والذي تناول فيه شؤون مدرسيّة وتربويّة ومسائل عدة تتعلّق بصعوبات وتحديات القانون 46/2017.

Video : https://youtu.be/cEU3TX93lNQ

Parents : Lettre adressée aux parents

Catégorie: 

Beyrouth, le 2 février 2018

Chers Parents,

Le comité des parents, dans le souci de servir au mieux vos intérêts, et en se basant sur la directive  n°. 63/m/2018, datée du 22/1/2018 émise par le ministère de l’Éducation Nationale accordant un nouveau délai à savoir le 28/2/2018  aux écoles privées pour la soumission du budget scolaire, a décidé de suspendre pour le moment la signature du budget en attendant des solutions équitables, notamment la contribution de l’État pour résoudre la crise sociale que provoquera indubitablement  l’application des lois régissant le secteur éducatif non seulement cette année mais dans les années à venir.

Ce délai permettrait, comme l’a promis le Président de la République, la tenue d’un Conseil de Ministres exceptionnel  pour régler la crise de l’enseignement du privé dans le but  de trouver des solutions favorables à toutes les parties concernées (Parents, Écoles et Enseignants).

Pour le moment, la scolarité du deuxième trimestre qui vous parviendra, correspondra à 45% du montant de la scolarité de 2016-2017.

Le Beyrouthin : Projet d’écriture des classes de 4e (NDJ-CSG)

Catégorie: 

[Journal des 4e - Premier trimestre (1.9MB)]

Pour son édition 2017-2018, le projet Dire Écrire et Peindre a poussé les élèves de 4e  cette année à refermer leurs manuels scolaires et à sortir des murs du Collège pour sillonner leur ville, Beyrouth essentiellement, la parcourir et en arpenter les moindres dédales, les « zawarib », tentant de comprendre comment un environnement aussi varié, accidenté et paradoxal, pouvait refléter leur propre quotidien, leur réalité…
La ville, reflet de la réalité, c’est aussi des images, des photos, des rencontres…
C’est également ce lien avec le passé dans le sourire du vieux bijoutier ou du boutiquier du coin…
Mais La ville, reflet de la réalité, c’est aussi se rendre compte de tous les éléments qu’offre une ville et qui font partie d’une  vie humaine, les cafés, les théâtres, les salles de cinéma, les lieux de culte, les jardins et les murs mêmes de cette ville qui se mettent à l’heure des graffitis et autres genres d’arts…
Voilà ce que vous lirez, chers lecteurs, dans
Le Beyrouthin, 8 pages de travail hebdomadaire, accompli pendant deux mois par les élèves de 4e et leurs professeurs de français que nous remercions vivement pour leur merveilleuse implication !

Communiqué : Comité de l’Amicale des Anciens Élèves du Collège Notre-Dame de Jamhour

La loi N°46 promulguée en date du 21.08.2017 a imposé des modifications substantielles dans les salaires versés aux corps enseignants.

Dans le secteur public, les charges financières résultant de cette augmentation ont été supportées par le budget public fondé sur les impôts et les taxes.

Les écoles du secteur privé, par contre, ont été livrées à elles-mêmes. Or comme ces écoles n’ont pour seule ressource que les scolarités versées par les familles, celles-ci sont désormais responsables du financement de ces augmentations non-étudiées des salaires. Dès lors, et à défaut d’un relèvement très significatif des scolarités et de leur paiement par les parents, un risque sérieux se pose quant à la continuité de leur activité et même à leur existence tout court.

Le problème posé est d’une extrême gravité car, d’une part, les parents sont incapables de payer ces augmentations significatives, et de l’autre, le Collège arrive difficilement à équilibrer son budget et ne dispose d’aucune autre ressource.

En cette période socialement critique, il est impératif qu’une véritable prise de conscience s’impose à tous pour éviter le moment des décisions irréversibles préjudiciables à la pérennité, à la qualité et à l’objectif de l’éducation au Liban.

Tout en assurant le Recteur de notre soutien continu et de toute notre confiance en cette période critique, et en tenant compte des difficultés auxquelles font face actuellement les parents, nous invitons l’État à assumer ses responsabilités sociales et à soutenir les écoles du secteur privé, notamment catholiques, en supportant une grande partie de cette augmentation substantielle via son budget.

Le Comité de l’Amicale

Admission des nouveaux élèves pour l’année scolaire 2018-2019

Catégorie: 

Le Père Recteur
JR / 3860 / 17

Jamhour, le 18 décembre 2017

Objet : Admission des nouveaux élèves pour l’année scolaire 2018-2019

Madame, Monsieur,

Vous souhaitez que votre enfant effectue ses études au Collège Notre-Dame de Jamhour[1] ou au Collège Saint-Grégoire[2] (établissement affilié). Nous vous remercions de la confiance que vous témoignez ainsi à notre Établissement, et de l’intérêt que vous portez à notre Projet éducatif. Vous êtes priés de lire attentivement ce document fondamental et ce, avant de remplir la demande d’admission de votre enfant. L’adhésion à son contenu est la condition sine qua non pour procéder à l’inscription.

 

La classe où l’on entre au Collège est la classe de la Petite Section, c’est-à-dire cette fois pour les enfants nés en 2015 : du 1er janvier au 31 décembre 2015.

Lettre importante du Père Recteur adressée à tous les parents du CNDJ et du CSG

[en version pdf 673kb]   [النشرة : رئيس مدرسة الجمهور:اليسوعيون يطرحون سؤالا جديا حول المحافظة على المدرسة]
 

Le Père Recteur
JR/3849/17

Jamhour, le 1er décembre 2017

Chers parents,

J’ai longtemps attendu avant de vous écrire cette lettre pendant cette année de crise qui traverse tout le secteur scolaire privé au Liban. Après plus de quatre mois de négociations et de contacts menés à tous les niveaux, aidé par plusieurs d’entre vous et beaucoup d’amis du Collège, je livre le diagnostic suivant :

La manière brutale et irréfléchie de nous imposer une augmentation drastique au mois d’août[1]a constitué une agression sans précédent contre les écoles privées et a laissé ces écoles dans la tourmente. Les responsables politiques ont très mal géré ce dossier et n’ont pas pris en compte les intérêts élémentaires de l’ensemble de la population. D’un côté, ils ont voté hâtivement la loi 46 sans prévoir ses conséquences désastreuses sur les parents d’élèves, de l’autre, ils ont laissé le champ libre au syndicat des enseignants d’interpréter la loi à sa manière et de paralyser les écoles par une série de grèves pour accélérer le paiement de l’augmentation. À travers les médias, une guerre sans précédent a été livrée contre les écoles catholiques, faisant porter à ces écoles la responsabilité de tous les maux du pays… À entendre les médias parler du dossier scolaire, on croirait que les écoles catholiques sont responsables de la crise économique, du déplacement des Libanais et de toutes sortes de maux financiers du pays. Il s’est avéré que le premier souci de nos responsables politiques était la victoire aux prochaines élections législatives où les professeurs exerceraient, d’après eux, une grande influence. Selon leurs calculs politiques, les parents d’élèves, dont le nombre dépasse au moins dix fois l’ensemble du corps professoral, n’auraient aucune influence réelle sur ces fameuses élections ! Je peux témoigner et dire que nous n’avons trouvé aucun député ou responsable pour nous aider vraiment à traverser la crise… Beaucoup de promesses nous ont été faites, mais aucune action réelle n’a été entreprise ! Le secteur privé au Liban a été livré à lui-même… comme si nous n’avions pas de responsables politiques capables de défendre la noble mission de l’éducation au Liban. Ils sont incapables de voir les effets historiques irréversibles sur la qualité de l’éducation et sur la population qui en profitera.

Concours des 80 ans du Nous du Collège

Concours des 80 ans du Nous du Collège

La remise des prix au concours de la meilleure couverture du Nous du Collège a eu lieu le vendredi 26 janvier 2018 en salle d’académie.

Sur les 71 dessins du CNDJ et du CSG, le jury a sélectionné 4 œuvres comme suit :

Carte ISIC pour les élèves de la 5e à la 3e

Catégorie: 

Le Père Recteur
JR/3828/17

Beyrouth, le 12 octobre 2017

Objet : Carte ISIC pour les élèves de la 5e à la 3e

Chers Parents,
Le Collège vous transmet, pour vos enfants de 12 ans et plus, la proposition de Carte internationale d’identité d’étudiant ISIC (International Student Identity Card), l’unique carte d'étudiant reconnue partout dans le monde, présentant d’importants privilèges au Liban ainsi que dans 130 pays, adoptée par l’Unesco et supportée aussi par l’Union Européenne qui lui a attribué son logo en Europe. C’est une carte de réductions, d’informations et de services, bénéficiant de milliers d’escomptes sur tout ce qui a trait à la vie d’étudiant dans différents domaines : transport, culture, musées, loisirs, sports, voyages, etc.

Message du Père Recteur et messe de rentrée 2017

Le lundi 11 septembre 2017, le message du Père Recteur pour l'année 2017-2018, suivi de la messe de rentrée, a réuni dans l'église du Grand Collège l'ensemble de la famille éducative et administrative de Jamhour.

Dans son mot, le R.P. Charbel Batour S.J., après avoir souhaité la bienvenue aux nouveaux professeurs (une quinzaine entre le Collège Saint-Grégoire et le Collège Notre-Dame de Jamhour), a mis en avant le thème de l'année qui, à l'instar de l'année dernière, porte sur la communication, à cette différence qu'il traite du silence et de l'écoute comme condition de toute bonne communication (l'année 2016, le sous-thème était la parole). Le recteur a ainsi souligné l'aspect fondamental du pilier de la communication à savoir : "l'oreille qui écoute", ce qui semble relever du défi dans notre monde moderne hyper-connecté ou en tout cas aller à contre-courant de notre culture du bruit...

Dans le même ordre d'idées, le Père Batour a relevé la nécessité de la "conversion au silence" et ce dans tous les domaines de notre vie. Dans le cadre scolaire, quand l'élève en début de journée est invité à faire silence, c'est pour "entrer dans le silence de son corps" mais aussi pour mieux se préparer à écouter ses professeurs (faire silence "prédispose à écouter").